Regrouper ses crédits quand on est à la retraite
Rachat de crédit : quelles solutions pour les seniors ?
27 avril 2018
Rachat de crédits : démarches et mode d’emploi
12 juin 2018
Afficher tout

Le rachat de crédit : une solution financière en cas de divorce

Le regroupement de crédit est une solution qui s’envisage en cas de finances difficiles. Parfois, ces difficultés peuvent être liées à une situation familiale compliquée : en cas de divorce ou de séparation par exemple. Quels sont les avantages du rachat de crédit, et dans quelles circonstances peut-on l’envisager ?

Que deviennent les crédits en cas de séparation ou de divorce ?

La séparation des biens et des revenus des deux conjoints, le versement d’une pension alimentaire ou encore le remboursement des crédits en cours… en cas de séparation d’un couple ou en cas de divorce, les finances peuvent vite devenir une question majeure. La première chose à savoir, c’est que toutes ces démarches liées aux finances sont encadrées par la loi, ou peuvent faire l’objet d’un accompagnement légal.

Les époux peuvent être unis sous le régime de la communauté réduite aux acquêts, en séparation de bien ou en communauté universelle. La loi régit strictement, dans chacun de ces cas, de quelle façon les biens vont être répartis. Dans le cas d’un Pacs, les partenaires sont généralement sous le régime de la séparation des biens. Et même sans mariage ni Pacs, un concubin reste propriétaire de ce qu’il a acheté. Chaque situation peut être soumise au juge des affaires familiales.

Lorsque des crédits ont été souscrits à deux, la part de l’autre emprunteur peut être rachetée en la remboursant. Pour un crédit immobilier par exemple, l’un des conjoints a la possibilité de racheter le prêt : c’est le principe du rachat de soulte, qui doit se faire par l’intermédiaire d’un notaire.

Le regroupement de crédits, une solution pour les conjoints

Regrouper ses crédits permet d’échelonner de nouveau son budget. Les emprunts sont regroupés auprès d’un même établissement, pour revoir le montant des remboursements à la baisse ou modifier la durée du prêt. C’est une solution possible lorsque les revenus baissent mais que les dépenses augmentent – par exemple lorsqu’il faut trouver un nouveau logement ou racheter du mobilier.

C’est aussi une solution dans le cas où la séparation entraîne un rachat de soulte pour l’un des deux conjoints : les mensualités sont revues pour baisser le taux d’endettement et permettre de souscrire un prêt spécifique au rachat de soulte. Pour solliciter un rachat de soulte, il faudra en effet présenter une situation stable, avec un taux d’endettement inférieur à 30 %.